D’où viennent les sneakers ?

D’où viennent les sneakers ?

Jusqu’à peu, la basket était une chaussure de sport, rien de plus. Aujourd’hui, elle est partout dans notre quotidien : qu’on sorte, qu’on aille au travail ou qu’on fasse un footing. Impossible de passer à côté. Des terrains de sport aux défilés de mode en passant par nos placards et les étagères des collectionneurs, les baskets, qui s’est renommées “sneakers” quand on l’utilise au quotidien, a su s’imposer comme un incontournable. Désormais considérée comme un véritable accessoire de mode, comment avons-nous pu en arriver là ?

Merci Charles Goodyear pour nos sneakers !

Direction le XIXème siècle et les États-Unis pour une genèse complète de la sneaker. En effet, en 1839, le chimiste Charles Goodyear (oui, le même que les pneus Goodyear !) invente malgré lui la vulcanisation. Vulca-quoi ? C’est le fait d’incorporer du soufre au caoutchouc afin d’en améliorer la résistance. Mais quel rapport avec les baskets ? Eh bien, cette technique permet de rendre le matériau plus résistant, certes, mais aussi plus élastique…ce qui augmente considérablement la durée de vie des semelles de chaussures ! S’il faudra attendre quelques décennies, c’est grâce à la découverte de M. Goodyear (perfectionnée ensuite par le britannique Thomas Hancock) que les premières baskets verront le jour en 1916. Les chaussures de tennis se doteront rapidement d’une semelle en caoutchouc et l’entreprise United States Rubber Company crée alors la marque Keds qui ne proposera que des chaussures de sport. Un an plus tard, un sérieux concurrent fait son entrée sur le marché : la Converse All Star. En effet, si l’entreprise Converse a été créé en 1908, neuf années s’écouleront avant que cette dernière ne s’intéresse fortement au marché des chaussures de sport. En choisissant le basketteur Chuck Taylor comme commercial et effigie de la première heure, Converse a su s’immiscer dans le domaine du sport, et surtout du basket-ball. Dès 1917, les Keds et les Converse sont ainsi aux pieds de tous les sportifs…

Chuck Taylor joue au basketball en Converse
Image : Chuck Taylor joue au basketball en Converse

Pendant ce temps là, de l’autre côté de l’océan Atlantique, deux frères s’intéressent très fortement aux chaussures de sport eux aussi : Adolf et Rudolf Dussler. S’ils ne vous disent rien comme ça, ce sont pourtant les créateurs respectifs des marques Adidas et Puma. Bien qu’il faille attendre une trentaine d’années avant que les deux marques ne soient créées, les deux frères fabriquaient déjà des chaussures de sport, et plus précisément de course à pieds, dès l’après Première Guerre Mondiale.

Tout un symbole

Les baskets viennent de naître. Pour le moment, elles sont réservées aux sportifs. Mais petit à petit, les célébrités comme les chanteurs ou les acteurs se les approprient : Elvis Presley ou Marilyn Monroe s’entichent de cette nouvelle mode. Dans les années 1950, les adolescents américains enfilent, eux aussi, des baskets, pour aller avec leurs jeans. Plus confortables et stylées, elles sont désormais symbole de jeunesse et de rébellion face à l’uniformisation des générations précédentes mais aussi face à la ségrégation qu’ont subi les personnes racisées aux États-Unis, comme lors des Jeux Olympiques qui se tenaient en 1968 à Mexico. Si on retient que les deux athlètes américains Tommie Smith et John Carlos ont grimpé sur le podium, c’est notamment leur protestation silencieuse qui marqua les esprits : en levant chacun un poing ganté et en enlevant leurs paires de Puma Suede, les coureurs dénonçaient le racisme et montraient leur soutien au mouvement Black Panther Party.

“My Adidas only bring good news” Run-DMC

Au début des années 1970, un nouveau concurrent fait son entrée sur le marché : Nike. Malgré une arrivée tardive, les innovations de la marque américaine font chavirer le coeur des consommateurs, notamment sa fameuse bulle d’air ou encore sa semelle gaufrée. Nous sommes en plein boom capitaliste. Bien que la popularité de la sneaker soit en pleine expansion, les sportifs restent la cible principale des marques de baskets : Adidas jette son dévolu sur les joueurs de tennis Robert Haillet puis Stan Smith dans les années 60 et 70, tandis que Nike mise plutôt sur le basketball et la véritable légende de la NBA, Michael Jordan, à la fin des années 80…

Les membres du groupe de Run-DMC portent des Adidas Superstar
Image : Les membres du groupe de Run-DMC portent des Adidas Superstar

Dans le même temps, le hip-hop fait son apparition, mouvement musical majeur qui donnera naissance au rap qu’on connaît actuellement. Très vite, les sneakers sont aux pieds de tous les “MC” – maître de cérémonie ou microphone controller. Encore mieux, les artistes vont même jusqu’à clamer leur amour pour les sneakers dans leurs sons. En 1986, Run-DMC sort le single My Adidas. Lorsqu’ils rappent cette chanson lors de leur concert au Madison Square Garden, plus de 16 000 personnes ont carrément levé leur paire de la marque allemande ! C’est une évidence, le hip-hop, et a fortiori le rap, a transformé le rapport que nous avions aux sneakers. Si leur popularité était en hausse, c’est lors de l’émergence de ce mouvement qu’elles se sont démocratisées. Encore aujourd’hui, les rappeurs ne jurent que par ces paires à la fois confortables et stylées. Ils collaborent avec des grandes marques comme Travis Scott et ses toutes dernières Nike Air Max 270 React et vont même jusqu’à créer leur propre marque comme Kanye West et ses Yeezy chez Adidas. Rappeurs, chanteurs, athlètes de haut niveau ou acteurs, ce sont ces figures d’autorité qui vont ouvrir les portes de nos placards à la basket.

Michael Jordan, égérie de Nike
Image : Michael Jordan, égérie de Nike

Le nouveau Graal

Aujourd’hui, d’ailleurs, sneakers ne riment plus qu’avec sport. On les porte pour leur confort, leur style ou encore leur originalité. Elles laissent libre court à notre imagination ! Si les jeunes les portent toujours en majorité dans la vie de tous les jours, les sneakers ne leur sont plus réservées. Voir des parents en Converse ou Adidas ne choquera personne à l’heure actuelle. De même, s’il y a quelques années il n’était pas envisageable d’aller travailler avec une paire de baskets aux pieds, c’est désormais monnaie courante dans certains environnements de travail. Certains même se rendent à leurs entretiens d’embauche sneakers aux pieds, à condition de rester neutre évidemment. Si les marques se démènent pour sortir de nouveaux modèles régulièrement, elles font très souvent un retour aux sources. Quand on regarde les premières paires de sneakers, elles sont toujours sur le marché et à nos pieds. Nombreux sont ceux qui portent encore fièrement des Converse All Star, des Adidas Stan Smith ou des Nike Cortez, comme leurs parents peut-être ! Comme si la mode n’était qu’un éternel manège qui tourne encore et encore et encore… Mais il n’est plus seulement question de porter les sneakers. Des éditions limitées, des modèles plus difficiles à se procurer souvent destinés aux fins connaisseurs sortent de temps à autre sur le marché. Ainsi, certains amoureux de sneakers vont jusqu’à les collectionner, quitte à dépenser des fortunes pour avoir cette paire qui n’est disponible qu’en 500 exemplaires dans le monde entier. Désormais, c’est celui qui aura la paire la plus rare qui sera respecté de tous ses pairs.

La sneaker, à la conquête des défilés de mode

La basket a longtemps été un objet réservé à la sous population streetwear boycottée par les marques de haute couture, qui n’avaient pas forcément envie de “ternir” leur image. Pourtant, comme nous l’avons dit, certains grands amateurs sortent des sommes incommensurables pour compléter leur joujouthèque. Ces objets très chers ont rapidement commencé à intéresser une cible plus fortunée, moins “street”, qui n’a pas hésité à associer les sneakers avec des vêtements plus luxueux.

Des sneakers Dolce Gabbana, Nike et Balanciaga dans différents défilés de mode
Image : Des sneakers sur les podiums…

Avec l’émergence de ce style et la demande croissante sur le marché de la sneaker, des marques italiennes comme Balenciaga, Gucci, Prada ou encore Versace ainsi que des joyaux français comme Louis Vuitton, Chanel et Dior ont commencé à designer leurs propres modèles de sneakers pour les intégrer dans des collections résoluments inspirées de la rue. Mais sur les podiums ! Aujourd’hui, les marques de luxe n’hésitent pas à parer leurs mannequins d’une grosse paire de sneakers avec des tenues très élaborées.

La sneaker flirte désormais avec l’éco-responsabilité…

Depuis sa création au début du XXème siècle, la basket a su quitter son usage primaire sur les terrains de sport et s’est imposée dans notre vie de tous les jours. C’est désormais un must-have, que vous soyez accro à la mode ou juste à la recherche de confort. Dorénavant, la sneaker est un véritable accessoire de mode qui permet d’habiller la plus classique des tenues. Et elle se dirige vers une nouvelle ère : celle du respect de l’environnement.

Meghan Markle et le Prince Harry disent oui aux sneakers
Image : Meghan Markle et le Prince Harry disent oui aux sneakers

Grande problématique de ces dernières années, de plus en plus de personnes cherchent à mieux consommer. D’autant plus que la basket est une bête noire pour l’écologie puisqu’elle est fabriquée en grande partie avec du caoutchouc, un dérivé du pétrole. Ainsi, de nouvelles marques pointent le bout de leur nez sur le marché de la sneaker, promettant un plus grand respect de l’environnement grâce à des baskets fabriquées avec des matières recyclées. C’est notamment le cas de Veja, une marque française qui a su s’incruster aux pieds de Meghan Markle, actrice et duchesse de Sussex, ou encore de l’actrice Katie Holmes. Finalement, peu importe les convictions de tous, chacun peut y trouver son compte. Écologique, luxueuse, sportive, confortable ou tout simplement stylée, la sneaker de vos rêves n’est pas très loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *